Vous êtes triathlète sur la région parisienne...

Vous cherchez un coach expérimenté, compétent et qui maîtrise l'optimisation des différents facteurs de performance...

Un coach qui place l'athlète (en tant qu'individu dans son ensemble) au centre de toutes ses réflexions...

Vous cherchez à intégrer un groupe de triathlètes avec des valeurs de partage, d'échanges et de plaisir avant tout...

 

 

BIENVENUE SUR TRYCOACHING

 (service complet pour la saison 2017/2018)


Yann Gauduchon
Hawai 2014

« C’est beau de réaliser un rêve « 

Je crois que ça a été ma...

Lire la suite...
Raphaël Gorgé
Hawaii 2015 C’est ma troisième année de Coaching avec Jo et mon deuxième Hawaii. Cette année a été...Lire la suite...
Quentin Kurc Boucau
Hawai 2015

En 2013, lors de ma première participation à...

Lire la suite...
Franck Martin
Hawaii 2014

2013, un sub 9 à Frankfurt obtenu tout seul...

Lire la suite...
Anthony Beyne
Hawaii 2015

De Paroles d’Athlètes à Paroles d’hawaiiens

Il y a tout juste deux ans je postais un texte sur ce même...

Lire la suite...
Hawaii 2016
2016

Le groupe en 2016 à Kona (Guillaume Benoit, Philippe Bonnet Badille, Christophe Lemery)

Guillaume...

Lire la suite...
Christophe Lemery
Hawaii 2016

Certaines personnes incarnent la réussite. A 49...

Lire la suite...

Bonjour à tous les deux,

 

Après Rocky Boulain qui a inauguré les interviews d'athlètes TC, c'est à votre tour d'y passer!

ça fait déjà quelques saisons aussi que vous êtes de fidèles éléments du groupe, Alex présente nous Wil, Wil présente nous Alex!

 

A : Un vrai bon pote pour ses potes, un vrai gros chambreur aussi, son statut de supporter du PSG lui rappelle néanmoins régulièrement l’humilité J. Il a commencé le tri en 2012, sur long une jolie perf (sub 5 à Aix en 2014) et pas mal d’ennuis digestifs qui lui ont valu le surnom de « Wilmito ». Vraiment explosif en vélo, s’il faisait plus de M il irait choper du panier garni prize money.

 

W : Côté pile, c'est La belle âme du FDB. Un mec au grand coeur toujours le mot pour rire, veritable jukebox des années 80 et accessoirement tifoso de la Juve (personne n'est parfait).

Côté face c'est un anxieux, mangeurs de pâtes et powerbar au quatre-heures, nageant exclusivement dans les pieds tel un poisson nettoyeur.

Il est reconnaissable à son sac poubelle bleu "ajusté" lors des sorties TC mais ne vous fiez pas à sa dégaine une fois sur la ligne de départ ce mec ne lachera rien.

 

On le surnomme Quicky en référence à la mascotte Nesquik des années 90. 

 

wil et alex 

 

> Vous êtes tous les deux de beaux exemples : vous pratiquez depuis plusieurs années avec le smile et dans la bonne humeur (contagieuse ;) ), et vous arrivez à optimiser au mieux vos emplois du temps bien chargé pour continuer de progresser en triathlon, en quoi Trycoaching vous aide au quotidien ?

 

A : Bah, déjà ça, la planification. Je te donne toutes mes contraintes et c’est toi qui te casse la tête sur le planning, les cycles, la progressivité. La variété aussi, les programmes ont évolué tous les ans en même temps que toi et moi, c’est vraiment ludique et individualisé. Et plein d’autres choses : les échanges réguliers en direct ou dans les posts thématiques, les briefing de course vraiment minutieux, …

 

W : Trycoaching a apporté une vraie reflexion sur l'organisation et le contenu des séances en fonction de mes objectifs de l'année mais aussi de mes contraintes d'emploi du temps. Au quotidien cela permet de donner un sens aux entrainements réalisés et de manière plus globale cela permet d'aborder les principales échéances avec plus de sérénité et de certitudes.

 

> Est ce que cotoyer des athlètes de haut niveau au sein du groupe vous parait être un plus?

Qu'est ce que celà vous apporte? (ou non?!?)

 

A : Une vraie émulation déjà. Ceux qui sont « presque haut niveau » veulent les titiller… et de proche en proche on en profite à notre niveau. C’est un accélérateur d’expérience aussi, la plupart font plus de courses, tous partagent dans le détail leurs debriefing et leurs expériences comme tout le groupe sur les échanges thématiques ou informels. Ça permet aussi de vivre des courses à l’avant par procuration, ça a l’air vraiment différent de jouer une place sur un tri que de jouer « à son rythme » indépendamment des autres.

 

W : C'est super enrichissant de pouvoir cotoyer des athlètes de ce niveau dans le groupe. Enrichissant de part l'experience qu'ils ont et qu'il partage aisément mais également enrichissant quand on voit la simplicité et l'humilité qu"ils ont malgré leurs performances.

Cela permet de fixer un repère (parfois très lointain :) de ce qu'il faut faire pour atteindre le niveau de perfomance qui est le leur.

 

> Quels sont vos objectifs respectifs cette années et dans les années à venir

 

A : Une vie équilibrée, une pratique régulière, et progresser un minimum cette année pleine de nouveautés (naissance de ma fille en juin dernier). S’améliorer à vélo notamment, « m’habituer » à mon (premier) vélo CLM. Progresser continuellement c’est le but, maintenant aller chercher en 2-3-4 saisons un top 100 à Embrun, un 4h40-45 sur half, un sub 10, un marathon d’IM en 3h25… 

 

W : Après une saison de frustation dûe à des problèmes digestifs je prépare deux objectifs majeurs à savoir les 70.3 du Luxembourg et Vichy. Pas d'objectif de chrono en particulier juste l'envie de me faire plaisir et de valider les progrès constatés notamment sur le bike.

Dans les années a venir je ferai l'Embrunman avec la ferme intention de prendre ma revanche sur l'année dernière !!!  

 

 

> Il y a quelques saisons vous créez le fond du bus.... un sous groupe au sein du groupe... Dites nous en un peu plus

 

A : L’expression m’est venue dans une discussion avec Bibi je crois, pour décrire ce que je ressentais sur mes premières séances Trycoaching 2013 à l’arrière du groupe, « le fond du bus du Trycoaching », l’arrière de l’appareil qui ne dessert pas la ville de Kona J. Il y a un noyau dur (Will, Chris, Fab, Ivan qui est toléré), plein d’invités prestigieux, la « marque » ne nous appartient pas, il suffit de ne pas avoir de résultats trop bons, de ne pas se prendre au sérieux et d’avoir envie de se marrer souvent. Lacanau servira cette année de support aux championnats du monde du fond du bus.

 

W : Cette idée est née lors du premier stage Trycoaching en 2014 de mémoire. Des groupes de niveau ont été formés et on était dans le second groupe avec Alex (AKA Quicky). Au fur et à mesure que l'on avancait dans le stage le second et troisième groupe avaient fusionnés et les fatigués du premier groupe nous rejoignaient l'espace d'une sortie. Une sensation de faire voiture-balai nous est apparue comme évidente. Le fond du bus était popularisé...

 

> La question que tout le monde se pose : qui est vraiment le chef du fond du bus ? :D

 

A : Il n’y a qu’Ivan (Bavard) qui est perturbé par ça et voudrait prendre le pouvoir pour éviter de se faire virer du fdb. Mais il doit se préparer à l’inéluctable : il n’a pas été sorti après ses performances (notamment son récent 1h16 au semi) parceque c'est un vrai bon pote, mais tôt ou tard il prendra un slot qui signera son éviction.

Maintenant si on désignait le plus charismatique, celui qui a de manière avérée le plus de leadership et que ce rôle ne couvrait pas le choix pour le groupe de « comment s’habiller » (mon point faible), ce serait évidemment moi J

 

W : Je crois que chacun des membres du fond du bus pense être le chef mais d'aucuns disent que le vrai chef est un chauve de 1m82 habitant le 14eme..

 

> Le mot de la fin ...

 

A : « On s’amuse plus, dans le fond du bus. » #fdb

 

W : Dans le fond du bus oublie que tu n'as aucune chance vas y fonce. Sur un malentendu ca peut passer...