Une dizaine de jours après la course, et de retour dans la grisaille parisienne, il est temps de dresser le bilan de cette édition!

 

Déjà les résultats du côté des Trycoachés  (pour la plupart, en dehors des résultats bruts ci dessous, vous avez leur CR et ressentis sur leur pages Facebook respectives 😁 )

 

Name Div Rank Gender Rank Overall Rank Swim Bike Run Finish
Kurc Boucau, Quentin 13 75 81 00:56:41 04:24:09 03:26:23 08:53:17
Boulain, Julien 25 120 131 01:03:17 04:33:30 03:20:13 09:04:03
Benjamin, Proux 18 150 163 01:02:13 04:39:24 03:20:42 09:08:49
Edus, Arnaud 59 265 287 00:57:30 04:37:56 03:40:15 09:21:42
Martin, Franck 54 375 404 00:50:17 04:47:08 03:48:40 09:32:54
Guillaume, Benoit 142 711 779 01:01:24 04:39:51 04:15:38 10:04:54
Philippe, Bonnet Badille 54 848 945 01:03:47 05:16:00 03:52:39 10:21:13
Tryoen, Nadege 38 211 1292 01:10:56 05:31:16 04:02:54 10:52:27

 

D'une manière générale, comme très souvent ici, pas mal de "surprises" sur la course PRO, avec de belles défaillances, toujours aussi difficile avant la course de pronostiquer le podium! Même s'il y a quelques gars, avec Lange en premier lieu ces 3 dernières années, qui maitrise la course à la perfection...

Côté GA, la course cette année a été marquée par des conditions particulièrement favorables en vélo, tous les records sont tombés...

La contre-partie a été que la partie vélo habituellement durcie par les conditions de vent a été rendue bien plus facile : quasi pas de vent à l'aller, et vent légèrement favorable au retour... Mais surtout pas de fort vent de travers qui "cassent" les groupes classiquement.

Conséquence :

après T2, la densité était très impressionnante, notre José national pose en tête en GA, avec un vélo en 4h24, à partir de 5min derrière lui, c'était déjà des meutes qui étaient à ses trousses...

 

44155086 1951099285190387 1739658919648690176 o

 

Comme tous les ans, la course a été gangrénée par le drafting, mais sûrement encore plus que d'habitude..

De mon point de vue, le premier responsable c'est l'organisation.

Si on prend José qui sort en 56min et Philippe qui sort en 1h03, on a quasi 400 athlètes entre les deux, ça fait presque un athlète par seconde, une seconde à 38kmh c'est 10,50m entre roue avant et roue avant de chaque vélo.

C'est déjà raté d'entrée de jeu pour respecter le règlement...

Pourquoi ne pas faire des départs par Groupe d'âge? comme cela se passe par exemple sur certains HIM aux US, ou encore sur les mondes 70.3 ? En GA, de mon point de vue, la course se joue surtout au sein de son GA (on cherche le meilleur classement dans sa caté à l'arrivée!), et la Queen K avec sa largeur permettrait de doubler sans problème des GA d'autres catégories parties devant qui seraient moins rapides.

Avec une vague toutes les 5min par exemple, le flux serait déjà largement dilué.

L'autre responsabilité de l'organisation, c'est l'arbitrage. Je ne sais pas si cette année les arbitres se sont sentis dépassés par les événements ou qu'ils ont été briefés moins fermement sur leur job le jour de la course, mais il y a eu très peu de cartons. Il y a quelques années (2015 il me semble), Ironman était fier de communiquer sur le fait qu'il y avait eu quasiment 400 cartons sur l'édition, les penalty box étaient pleines à hawai ...  Sûrement un coup de com' à l'époque face à Challenge qui annonçait 20m en réglementation drafting sur certaines de ses courses notamment leurs championnats...

Toujours est-il que cette année, il y en a eu très peu. Je me rappelle d'un échange avec le père de José le jour de la course en live, je lui disais au moment ou il prenait la tête vers le 70ème km en vélo, qu'en plus ça allait écrémer à mort avec tous les cartons qui ont du pleuvoir derrière lui, et qu'il poserait avec de l'avance et peu de densité dans les 15min derrière lui à T2... Ben ça n'a pas été le cas !

 

44102143 10218410122622487 899142121993273344 n

 

Vient ensuite la responsabilité des athlètes, qui déjà pour certains (la plupart?) ne connaissent pas la totalité de la règlementation sur le drafting (depuis les dernières saisons, la règlementation est aussi complète que celle pour les PRO), mais aussi dont certains trichent délibérément. Les conditions cette année ont rendu le respect de la réglementation quasi impossible, mais faire des efforts pour se mettre le plus souvent possible en conformité me parait normal ...

 

Des conditions qui posent clairement un problème d'équité sur le résultat à l'arrivée, mais le principal comme je le dis a mes athlètes dans ces conditions n'est pas le résultat final (la culture du résultat à tout prix amène a de nombreuses dérives, pas que dans le sport...) mais la satisfaction personnelle à l'arrivée, et être capable de se regarder dans le miroir doit dans les yeux et de garder sa fierté. (A mon sens, impossible d'être fier et bien dans ses pompes au fond de soit même en trichant...)

 

Capture 2

 

Bien entendu, le bilan global n'est pas sombre, ça reste Kona, un aboutissement pour énormément de triathlètes, une organisation du tonnerre, on peu dire ce que l'on veut sur Ironman, ils sont quand même très fort pour "vendre du rêve" !

Ils savent également rassembler les meilleurs PRO chaque année, ce qui rend le spectacle passionnant...

Autre point positif constaté sur place, les efforts faits sur les contrôles anti dopage (sanguins et urinaires) chez les PRO mais également chez les GA !  (dommage encore une fois qu'il n'aient pas mis autant d'énergie pour arbitrer le vélo :) )

 

Et en dehors de la course, le cadre est juste dément, une destination de rêve...

Sur place en 2010 en tant qu'athlète, en 2018 en tant que coach avec 8 GA, la prochaine fois que j'y retourne j'espère y avoir du PRO qualifié(s) en plus !! :)

 

Capture

 

( Pour ceux présents sur place, ils comprendront ce titre 😀 )

Comme en 2015, ce seront 8 trycoachés GA qui seront au départ de l'édition 2018 à Kona.

Un joli groupe que j'ai cette année la chance d'accompagner sur place !

Ils étaient 10 qualifiés, mais notre papy Lemery national, blessé, ne pourra pas honorer sa qualification d'office suite à son titre en 50/54 l'an passé, et Raphaël n'a pas souhaité prendre son slot cette année.

 

Revue des effectifs et des objectifs !

 

43788800 10156680741616963 5900335730902695936 n

 

Honneur aux femmes, et même à ma femme :)

 

Nadège Tryoen  W35/39 :

 

Nombre de participations à Kona :  2ème fois, 1ere participation en 2006

Objectif cette année : faire la course parfaite pour moi, gérer au mieux pour tout donner sans exploser, sortir de ma zone de confort et ne me fixer aucune limite.

Ton meilleur souvenir sur ta préparation : toutes les petites séances de musculation des bras et un petit stage HT/cap à la montagne en amoureux

Ton pire souvenir sur ta préparation :  la dernière séance de natation avec 20*100 plaque soutenu et 2000pull soutenu ( d'ailleurs c'est la seule que je n'ai pas fini....)

 

Mot du coach (et surtout du mari 😀 ) : Nad s'est brillamment qualifiée l'an passé à Vichy, cette année, elle a encore joué à la superwomen entre famille/ travail/ entrainement pour arriver en super forme et honorer au mieux sa qualification. 12 ans après sa participation là-bas, elle revient avec le couteau entre les dents, prête à affronter les éléments !

 

 

Et ensuite honneur aux anciens :)   

 

 

Philippe Bonnet Badille  M50/54 :

 

Nombre de participations à Kona : 3ème fois

Objectif cette année : < 10h

Ton meilleur souvenir sur ta préparation : à peu près toutes mes séances. Juste un mode de vie merveilleux. Petit plus pour les longues séances dans l’eau le matin à La Croix Catelan ! 

Ton pire souvenir sur ta préparation : l’impression de ne pas savoir appuyer sur mes pédales quand je roule avec (enfin derrière) José, Vincent ou Cancé ...

 

Mot du coach : Philippe n'a pas le profil typique pour ce parcours, mais nous avons fait en sorte de bien bosser sur sa capacité à devenir un bon rouleur (gabarit léger, il préfère des parcours type Nice) il  a cependant déjà bien dompté la course en 2010, et en améliorant cette marque, il devrait être très bien placé à l'arrivée en 50/54 !

 

43559302 1948827278750921 3447465210779009024 o

 

 

Franck Martin  M40/44 :

 

Nombre de participation à Konas : 4ème fois

Objectif cette année : faire une course à mon niveau, sans aucune prétention. 

Ton meilleur souvenir sur ta préparation : les séances de HT. Même si certaines étaient dures, j'ai adoré ! 

Ton pire souvenir sur ta préparation : ma blessure qui m'a mis out en càp pour un bon moment et qui m'a empêché de finir l'OtillO. J'ai été con, je l'ai senti venir mais j'ai insisté.

 

Mot du coach : "Martinite" a déjà participé un paquet de fois à Kona, et ce sont les seuls IM qu'il ait raté !  Même si la préparation a été perturbée à pieds, il va chasser ses démons là-bas pour sortir enfin une course à son niveau sur la distance et me faire plaisir :) !!

 

 

Benjamin Proux  M40/44 :

 

Nombre de participations à Kona : 1ère fois

Objectif cette année : finir en double #pls et ne rien avoir à regretter... rookie sur l’épreuve, j’en ai marre de mater les vidéos sur YouTube ! Si tu fais du Triathlon à un niveau correct, Hawaï reste le passage obligé, c’est comme si tu visitais Paris, sans aller voir la Tour Eiffel (ou le Parc des Princes ...!) donc faudra être patient, encore plus que sur les autres IM, écouter pour une fois les Consignes, genre tu fais pas ton Jacky et t’essaye d’être intelligent 

Ton meilleur souvenir sur ta préparation : Les séances en groupe, les Multi notamment avec Boulain #marcel, fournisseur officiel de GU ! #jekiffelecaramelbeurresale et un rdv à 5h un dimanche matin pour rouler à la frontale, rentrer chez soi à midi après avoir rouler 5h et couru 1h30, normal quoi  

Ton pire souvenir sur ta préparation : Une année difficile, avec une fracture de fatigue du sacrum, (comme Frodeno, qui m’a copié à vouloir courir trop vite ....!) en mars dernier qui a traînée longtemps. Reprise officielle le 14 juillet... après ça toutes les séances passent, tellement ça fait mal cette fracture !

 

Mot du coach (coaché par Vincent Morizot)

1ère participation pour Ben, avec de nombreuses à venir, on l'espère :-) 

Il s'est qualifié à Cozumel en novembre dernier dans des conditions climatiques assez similaires à celles de Kona. 

Apres une année compliquée suite à une blessure au dos, Ben revient en forme au bon moment. 

Athlète complet, plutôt à l'aise avec la chaleur, Il a de quoi faire une solide  course et se faire plaisir pour cette 1ère participation ! 

 

 

43292342 691096931272415 6567759668582547456 n

 

Arnaud Edus  M35/39 : 

 

Nombre de participations à Kona : 3ème fois

Objectif cette année : Essayer de finir la course entier sans me péter un orteil, une cheville ou tout autre partie de mon corps. En objectif secondaire, TOP 80 ce serait chouette.

Ton meilleur souvenir sur ta préparation : une sortie Bûcheron de 150kil dans les Vosges avec 3000 de D+ où j'ai senti que j'avais passé un nouveau cap // Le Multi Hamster à Longchamp avec José, Panzer, Ben et Philippe en mode "ta gueule et appuie"

Ton pire souvenir sur ta préparation : Pas pouvoir poser mon cul sur la selle pendant 10j fin Aout à cause de douleurs au périnée qui m'ont laissé penser que j'allais perdre mes attributs masculins

 

 

Mot du coach : Déjà auteur sur Big Island d'un joli top 100 scratch en 2013, Arnaud était arrivé au top l'an passé ici, mais un orteil fracturé à T1 lui avait enlevé toute chance de pouvoir transformer l'essai. Un homme à suivre sans aucun doute, triathlète très complet et expérimenté, qui connait la course, qui a réalisé une grosse performance à Hambourg cette année, et qui revient revanchard suite à la mésaventure de 2017 !

 

 

Julien Boulain  M35/39 :

 

Nombre de participations à Kona : 3ème fois

Objectif cette année : faire mieux que 2015, en perdant le moins de temps possible en natation et en retournant ma casquette pour devenir un autre homme sur le marathon ( cf Over the top )

Ton meilleur souvenir sur ta préparation : un beau multi partagé avec Ben , durant lequel on a pu parler de notre amour pour les chiens et pour les gels GU , des problèmes de freins intégrés sur les bikes, et surtout de voir qu’on était tous les deux incapables de compter jusqu’à 3 ( cap 1 prévue initialement de 10*(3’/3’)...

Ton pire souvenir sur ta préparation : ma douleur au bassin qui se réveille 15 jours avant de partir....mais qui m’a permis de découvrir les joies du tapis roulant

 

Mot du coach :  Tout comme Arnaud, "Rocky" a déjà perfé ici en rentrant dans le top 100 au scratch en 2015.  Il a progressé sur son point faible (la natation, 1h09 en 2015...), ce qui devrait lui permettre de se positionner plus tôt dans la course aux avant-postes. Il arrive ici en grande forme et est prêt à ramasser les morts sur la 2ème partie du marathon...

 

 

43601402 10156680739331963 4979834586222559232 n

 

Guillaume Benoit M30/34 :

 

Nombre de participations à Kona : 3ème

Objectif cette année : dompter la chaleur en faisant une course pleine et finir le marathon avec une température corporelle inférieure à 45°.

Ton meilleur souvenir sur ta préparation : ça aurait pu être de belles sorties à vélo mais je retiendrai une magnifique séance de course sur tapis de 2h20 enchaînée avec 50mn de sauna. Je savais pas que c'était possible. 

Ton pire souvenir sur ta préparation : le premier sauna derrière une cap sur tapis. J'étais tellement en surchauffe que j'ai du faire des 30 »/30'' dedans/dehors pour finir. 

 

Mot du coach : "Cancé" a sorti la grosse course avec un joli sub9 à Copenhague (8h53) pour être de la partie sur cette édition. Son talon d'Achille : la chaleur, qui l'a toujours freiné ici pour réaliser une bonne perf. Nous avons mis en place ce qu'il fallait cette année pour accélérer son adaptation déjà à Paris et qu'il sorte enfin une course pleine à Kona !

 

 

43480546 1948839418749707 8368882340490903552 n

 

Quentin Kurc Boucau  M30/34 :

 

Nombre de participations à Kona :  3ème

Objectif cette année : Ramener le plus gros des saladiers possible dans ma catégorie, je veux être champion du monde.

Ton meilleur souvenir sur ta préparation : Chaque mauvais souvenir se transforme en bon car il permet d’apprendre. Néanmoins je crois que la réussite de certaines séances apporte une grosse satisfaction.

Mon plus beau souvenir, qui n’est paradoxalement pas en vélo, a été une séance de cap toujours dans le Verdon, sur un grand plateau, il était 14h30, une chaleur étouffante, un four et j’avais 8x1000 en 3’30, ça a été horrible j’étais détruit mais c’est passé. Grosse satisfaction gros souvenir.

 

Ton pire souvenir sur ta préparation : Quand on se met full time dans le triathlon on a l’impression d’avoir beaucoup de pire souvenir. Un abandon à Lanzarote, un 100x100 en piscine mais je vais retiens surtout une séance de bike en solo dans le Verdon, j’étais au fond d’un énorme gouffre creusé par la fatigue. La séance du jour était abominable, celle de la veille était juste infaisable. J’étais à bout. En haut du petit col, j’ai posé mon vélo contre le bord et j’ai chialé. 

 

Mot du coach : Last but not least ! "José" a misé gros sur cette édition! Des conditions optimales les 6 derniers mois pour arriver au top du top, déjà 69ème au scratch en 2015, il vise clairement mieux.

La stratégie sera légèrement différente de ses derniers IM, l'homme est en forme non seulement en vélo mais aussi à pied et il a bien progressé en natation. Attention à la grosse Josiane il va tout écrabouiller sur son passage...

 

43479426 1948827505417565 2723664042018209792 o

 

JO : Vincent "panzer" Morizot devient le premier coach labellisé trycoaching.

Athlète depuis 2012 sous ma houlette, il a toujours été très intéressé et curieux sur tout ce qui touchait à la performance et à l'entrainement.

Formé au fur et à mesure, il coache déjà depuis 3 ans en parallèle de sa carrière de triathlète PRO

Je lui ai notamment transmit ce qui pour moi est un principe fondamental au quotidien dans mon métier, celui d'adapter le planning d'entrainement à l'athlète et son équilibre de vie et non l'inverse (que l'athlète s'adapte à un planning prédéfini)  

Cela demande du travail, de la réflexion et de la remise en question, mais le jeu en vaut la chandelle avec des athlètes qui s'épanouissent pleinement et à long terme dans leur passion.

Quelques mots de Vincent !

 

panzer 2

 

JO : Ce qui te plait dans le métier de coach

Vincent : Le coaching est un métier humain d’échange, de partage d’expérience dans lequel on peut sans cesse évoluer au contact des autres. Il faut être ouvert et à l’écoute de l’athlète pour l’aider à s’épanouir dans sa pratique. On apprend aux autres, mais on apprend surtout des autres dans ce métier.

 

JO : Ce que je t'ai apporté 

Vincent : Il me faudrait bien plus que quelques mots pour décrire cela.

Tu m’as aidé à devenir un bien meilleur athlète, à être plus confiant, à dépasser de nombreuses difficultés. On s’est tous les deux souvent remis en question pour avancer, et trouver de bonnes solutions. J’ai beaucoup appris à tes côtés sur de très nombreux facteurs liés à la performance qui me permettent aujourd’hui de coacher en individualisant mon approche. J’ai évolué humainement et sportivement à tes côtés.

 

JO: Comment tu concilies ta carrière pro et ton métier

Vincent : Mes semaines sont dédiées à ma pratique sportive et au métier de coach. Je suis actuellement obligé de me limiter dans le nombre d’athlètes avec qui je travaille, pour pouvoir continuer de m’entrainer dans de bonnes conditions et faire avancer ma carrière PRO tout en fournissant un travail de qualité auprès de chacun de mes athlètes.

 

JO : Ce que tu continues d'apprendre au quotidien avec tes athlètes

Vincent : Je me questionne beaucoup en tant qu’athlète pour approfondir, progresser, optimiser les facteurs liés à la performance. J’adopte le même fonctionnement en tant que coach. J’évolue en observant le fonctionnement de chacun, pour individualiser au mieux mon approche. Il n’y a pas une bonne façon de faire qui correspond à tout le monde, et ce qui correspond à une athlète à un moment peut évoluer dans le temps. Je cherche donc à rester ouvert et observateur pour être efficace dans mon métier.

 

JO : Ce que tu as encore envie de continuer d'apprendre à mes côtés

Vincent : Tu as encore beaucoup à m’apprendre dans les années à venir, que ce soit pour devenir un meilleur athlète ou un meilleur coach. Ce n’est que le début du chemin !

 

JO : Ta fierté de devenir coach trycoaching

Vincent : Trycoaching est une petite famille. J’ai grandi au sein du groupe, j’y ai rencontré de superbes personnes / athlètes qui sont devenus des amis et dont j’ai beaucoup appris. Ce groupe me soutient depuis mes débuts, et m’a sans cesse tiré vers le haut.

Je suis donc très fièr de devenir coach trycoaching.

 

panzer 3